le témoignage d'Alicia

Publié le par vero

LE TEMOIGNAGE D'ALICIA

Témoigner, c'est d'abord exorciser son vécu, l'expurger
en prenant la difficile décision de se mettre à nu, d'
accepter
 le regard des autres
, leurs "elle n'avait qu'à" ou "
moi, je
 serais partie tout de suite
", bref leurs avis péremptoires
 sur la naïveté qui serait responsable de la situation.
Mais un témoignage n'est pas qu'une thérapie personnelle,
c'est aussi pour les autres - les lecteurs - le don d'une
expérience, des mots longtemps cherchés pour exprimer sa
propre situation et parfois la fin d'une solitude. Dans tous
les cas, témoigner c'est surtout aider


Depuis que la psychothérapeute Marie-France Hirigoyen a mis
 des mots sur les maux avec son livre "
Le harcèlement moral,
 la violence perverse au quotidien
" (
1), pour beaucoup
d’entre nous,
nous qui ne savions pas nommer les actions
de mise à mort quotidienne de notre être par l’être
aimé
, la lecture de ce livre a permis de
se reconnaître
 victimes de violences
et pas n’importe lesquelles.

Il est quasiment impossible pour l’entourage, qui
 n’est généralement pas averti de la question du harcèlement,
 de cerner les attitudes, les paroles violentes qui le qualifient.

 Car le harcèlement moral, tout particulièrement au sein
d’un couple, s’exerce sans témoin, dans la plus parfaite
 intimité et peut conduire la victime à se donner la mort. C’est
 un meurtre lent, parfait,
qui ne laisse aucune
trace
, une manipulation mentale perverse,
un enfer dont
 il est difficile de revenir sans ecchymoses à l’âme
.

La mise en place

L'étau


Dans cette période là, j’ai vraiment pris peur. Mais comme il
 m'assenait ces paroles lorsque j’étais fatiguée et quasiment
dans un état second, tout devenait confus dans ma tête.
 Ma tension baissait de plus en plus et la fatigue physique
me rongeait davantage. Je n’avais plus le courage de
continuer le sport, notamment pour éviter d'essuyer ses reproches
 et de ce fait je ne pouvais plus côtoyer mes seules relations de
 détente. Le cercle infernal était totalement enclenché pour moi.


Comme, j’ai plutôt un tempérament de "battante", j’ai décidé de
reprendre mes études pour me garantir sur ma profession et, avec

 son accord, je me suis engagée dans cette voie. Mais voyant que
j’allais positivement aboutir et obtenir une meilleure
position professionnelle
, il s’est mis à l’approche de mes examens
à me réveiller chaque nuit et à m’empêcher de dormir. Il m'a
 également demandé de démissionner de mon travail. Je n’ai
heureusement pas cédé
.



Si mon travail passionnant - une chance inouïe - m’a considérablement
 aidé à supporter les tourments de ma vie personnelle, il ne pouvait
 plus masquer mon état général. Cet épuisement énergétique s'amplifiait
 car tous les stratagèmes de mon mari fonctionnaient continuellement
 en même temps
.



Sa manipulation perverse a failli avoir raison de ma vie. Je ne
suis pas passée à l’acte de façon irrémédiable grâce à un coup de fil
 que j’ai
reçu et qui m'a réconfortée.

La décision de rupture et l'après

Deux mois et demi après ce coup de fil, des jours et des nuits difficiles,
 j’ai enfin pris la décision de fuir cet enfer. Je suis aller voir un avocat
que l’on m’avait recommandé. J’étais totalement cassée et angoissée.
 Mon histoire et ma demande de divorce ont été prises très au sérieux.
Très vite, j’ai reçu l’autorisation de quitter le domicile conjugal pour
me protéger
avec mon enfant. Lorsque je suis partie, la peur au ventre,
 mes réserves énergétiques étaient au plus bas.



La haine n'est pas bonne conseillère mais elle m'a forcée enfin
 à me détacher, à prendre un nouvel envol et à ne plus me laisser
mourir.
Si elle est maintenant dissipée, j'ai mis longtemps à me
débarrasser de ce sentiment qui m'a permis d'exister, de ressentir
 quelque chose.


J'ai aujourd'hui refais ma vie depuis 9 ans avec un homme adorable,
calme et attentionné ayant lui-même un enfant. L'amour que
nous nous portons est totalement différent de ce que nous avons
connu l'un et l'autre.


Alicia© Décembre 2007
Contact

Publié dans temoignage de victimes

Commenter cet article