construire un avenir apres....

Publié le par vero

Une plateforme pour réconcilier les femmes victimes de violences avec l’emploi
Au commencement, il y a la rupture avec le compagnon ou le proche violent, l'éloignement du domicile souvent, la recherche d'un nouveau logement et d'un nouvel voire d'un premier emploi, condition de l'indépendance mais aussi de la revalorisation de soi. Seulement quand on est « cassée »,rechercher un travail est une épreuve supplémentaire. Surtout quand on cumule les freins classiques : garde d'enfants, absence de mobilité, faible niveau d'études, manque d'expérience...
Un accompagnement adapté
 C'est pour prendre en compte ces spécificités qu'a été créée à Nantes la « plateforme d'insertion professionnelle pour les femmes victimes de violences familiales ». Après une expérimentation de 2002 à 2004, elle a été pérennisée au sein de la Maison de l'emploi, « un lieu qui n'est pas étiqueté violences, qui permet de croiser d'autres personnes et qui concentre toute la logistique en termes de recherche », explique Isabelle Renou. Conseillère en insertion professionnelle en charge de cette plateforme, elle reçoit les femmes qu'associations, CHRS, assistantes sociales, Missions locales ou Pôle emploi orientent vers elle. L'accueil est purement individuel, l'accompagnement n'est pas limité dans le temps et « l'insertion ne passe pas que par l'emploi, insiste Christiane qui est épaulée depuis avril 2006. Pendant trois mois on n'a parlé que des souffrances, il y a eu beaucoup de pleurs mais ça m'a permis d'avancer et depuis un an, je ne suis plus dans le même état émotionnel. J'ai pu voir les bons côtés de l'être humain et c'est essentiel pour la suite. Arriver à se débarrasser de la peur des hommes, de l'autorité, se dire qu'on est capable, s'aimer... c'est important pour tenir psychologiquement dans le milieu du travail. Avant on a essayé de me placer à tout prix, j'ai galéré et sans cette plateforme je serais restée sur un sentiment d'échec. » Pas encore vraiment fixée sur ses envies professionnelles, Christiane renoue tout de même progressivement avec la vie active.
Un appui dans l'adversité
« Ce sont des femmes qui culpabilisent, qui ne savent plus s'occuper d'elles, qui se sentent vides, poursuit Isabelle Renou, c'est difficile pour elles de se retrouver face à elles-mêmes. Il faut les rassurer, positiver leurs démarches et leurs progrès, les rendre autonomes. » C'est ainsi que Virginie a finalement trouvé un poste d'aide soignante grâce à des stages, six mois après avoir connu la plateforme. « Ces entretiens ne m'ont apporté que des bonnes choses, raconte-t-elle volontiers, ça m'a appris à démarrer, à ne pas me décourager. Au début on se demande si on ne va pas se casser la gueule, il faut beaucoup de volonté parce qu'à force de s'entendre dire qu'on est bonne à rien, on finit par le croire. Mais quand on arrive à travailler, là, on reprend confiance. Maintenant je suis blindée, je fais un métier qui me plaît et j'ai la paix du cœur. »
Comme elle, 127 femmes ont ainsi été accompagnées en 2008, jusqu'à ce que leur situation se stabilise, contre 85 en 2004. 25% d'entre elles ont suivi une formation et 52% ont eu au moins un contrat de travail. Un grand pas pour « faire son bonhomme de chemin » comme dit Christiane.
Audrey Savournin maj le 9/6/2009
Imprimer cet article
Forum

Commenter cet article

la vie de sev 09/07/2009 20:17

c'est super qu'il puisse y avoir ce genre d'aide.ma coussine à été battue, torturée et sequestrée pendant 2 moi dans une caravane.quand la police l'a enfin retrouvé, elle etait dans un etat pas possible.elle a du subire de la chirurgie reparatrice sur toutes les parties de son corps, tellement se fou lui avait enlevé de morceau ce chair en la mordant.aprés 14 mois, il a été remis en liberté.comment vivre aprés çà et comment reprendre confiance!!!!bravo pour ton combat  à travers ton blog.

vero 12/07/2009 17:31


merci, je suis heureuse d'etre utile, c'est mon but! la cause est dure, on ne vous crois pas , mais sure de mon combat je continue et aide les autres. a bientot vero


charli 22/06/2009 16:30

j'espere que tu retouve l'energie car tu as du etre tres abattue par les decisions de justices.