paroles de femmes

Publié le par vero

Proverbes,
 
Les femmes ne se complaisent pas dans la situation. 
 
Il y a  les femmes qui tombent sur un pervers.
Le pervers choisit une femme avec une bonne estime d'elle même. On peut toutes en être victime. Son but est de détruire quelqu'un de bien dans sa peau. Il sait renifler puis piéger sa victime, l'enfermer dans une nasse, la détruire psychologiquement. Avec un pervers, la femme finit complètement déglinguée, avec une estime d'elle à zéro, et le pervers est à ce stade en pleine forme. Le pervers détruit et se nourrit des gens bien dans leur peau parce que c'est un être complètement vide.
 
Il y a les femmes qui ont de par leur éducation en tant que femme (un garçon est poussé à s'affirmer, pas une fille), leur enfance (ayant eu une mère soumise ou battue) posé le taquet du respect qui leur est du très très loin dans le couple.
Un conjoint manipulateur peut presque tout leur faire, (en faisant "chauffer l'eau du bain" doucement, graduellement, pour éviter qu'elle ne fuient et jusqu'à les ébouillanter).
= Taquet du respect pas placé au bon endroit + technique de mise sous emprise
 
Il y a les femmes victimes des hommes machistes qui ne fonctionnent qu'en rapport masculin-féminin "dominant-dominé" (machiste = espèce en voie de disparition mais dont il reste encore des "spécimens bien conservés", même parmi les hommes jeunes et dont nous avons eu quelques exemplaires sur ce forum).
Le machiste peut parvenir à "garder" sa femme un certain temps mais à l'arrivée, il la perdra toujours tôt ou tard, ce sera toujours la poudre d'escampette quelle que soit la technique de lobotomisation employée, les femmes prises pour des pintades ne restant pas pintades et soumises longtemps de nos jours.
Le machiste frappe quand il ne peut plus "contrôler" sa chose utilitaire que représente pour lui sa femme et se faire obéir. Il lobotomise sa femme pour la soumettre et il s'énerve et il frappe lorsque la femme ne se soumet pas à sa volonté.
 
--------
 
Après, les cas montrent qu'il y a très souvent un mélange des ingrédients ci-dessus, avec maladie psychiatrique et alcoolisme de l'homme violent parfois.
 
Dès fois, on en a raz le bol de voir les témoignages s'accumuler, toujours les mêmes, moi même je suis irritée parfois... mais il ne faut pas condamner les femmes... mais pas les féliciter non plus à mon avis, si certaines, complètement sous emprise, réclament qu'on les regarde "mourir" à petit feu ou perdre leur dignité d'être humain.
 
Il faut aider la femme qui vient d'entrouvrir les yeux à les ouvrir encore plus grand en essayant de ne pas l'agresser même si on est irritée de la voir être tombée aussi bas et de ne pas vraiment réagir. 
 
vero

Publié dans temoignage de victimes

Commenter cet article