Samedi 15 août 6 15 /08 /Août 12:52

Le terme « violence conjugale », qu’on utilise dans la langue courante pour désigner la violence au sein du couple, est défini de la façon suivante dans la Politique d’intervention en matière de violence conjugale : prévenir, dépister, contrer :

«La violence conjugale se caractérise par une série d’actes répétitifs qui se produisent généralement selon une courbe ascendante appelée escalade de la violence. L’agresseur suit un cycle défini par des phases successives marquées par la montée, la tension, l’agression, la déresponsabilisation, la rémission et la réconciliation. À ces phases correspondent chez la victime la peur, la colère, le sentiment qu’elle est responsable de la violence et, enfin, l’espoir que la situation va s’améliorer. Toutes les phases ne sont pas toujours présentes et ne se succèdent pas toujours dans cet ordre.

« La violence conjugale comprend les agressions psychologiques, verbales, physiques et sexuelles ainsi que les actes de domination sur le plan économique. Elle ne résulte pas d’une perte de contrôle mais constitue, au contraire, un moyen choisi pour dominer l’autre personne et affirmer son pouvoir sur elle. Elle peut être vécue dans une relation maritale, extra-maritale ou amoureuse à tous les âges de la vie ».

Cette politique peut être consultée sur le site du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec.

À l’occasion d’une rupture, il arrive que l’un des conjoints commette une ou des infractions criminelles sans toutefois que la situation corresponde à la définition de la violence conjugale formulée plus haut. On parlera alors plutôt de « violence entre conjoints » et non pas de «violence conjugale».

Néanmoins, tout incident de violence entre conjoints est traité par les services policiers comme un cas de violence conjugale. La distinction entre ces deux formes de violence (à savoir l’absence, dans le cas de la violence entre conjoints, d’une dynamique de pouvoir et de contrôle) sera prise en compte uniquement si le conjoint accusé est déclaré coupable et cela, seulement au stade de la détermination de la peine (prononcé de la sentence).

Dans À BON PORT, Éducaloi utilisera le terme « violence conjugale » pour référer à la fois à la « violence conjugale » et à la « violence entre conjoints ».

Par vero - Publié dans : VIOLENCE CONJUGALE - Communauté : NO COMMENT et COMMENT
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Message pour toi, M..... G....

Puisque tu me lis,
 lis la lettre que je t'ai écrite: lettre écrite à mon mari....vero

Présentation

Pour vous guider sur le blog

J'ai classé mes articles en catégories.
Des documents intéressants sont rangés dans mes pages.

Recherche

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés