étude sur les conséquences du docteur Salmona

ETUDE PILOTE

SUR LES HAUTS-DE-SEINE

SUR LES CONSEQUENCES PSYCHOTRAUMATIQUES

DES VIOLENCES CONJUGALES ET/OU SEXUELLES

2008

Docteur Muriel SALMONA

Psychiatre-Psychothérapeute

Médecin-coordinateur

et Responsable de l'Antenne 92

de l'Institut de victimologie

Pierre CHALMETON

Sociologue

LES VIOLENCES CONJUGALES ET/OU

SEXUELLES

!

 

Elles sont fréquentes ( 10 % des femmes ont subi des violences conjugales dans l'année –

enquête Enveff, 2000) et à l'origine de troubles psychotraumatiques graves, fréquents et

durables :

 

Particulièrement quant il s'agit de violences intra-familiales comme les violences conjugales

( 58 % d'état de stress-post-traumatique/24% chez l'ensemble des victimes de traumatismes –

Astin, 1995) et les violences sexuelles ( 80 %/24% - Breslau et al., 1991)

!

 

Les troubles psychotraumatiques sont méconnus, sous-estimés, rarement dépistés,

difficiles à diagnostiquer, peu traités et au mieux tardivement :

 

Faute de formation initiale des professionnels de santé et de consultations spécialisées

!

 

Une prise en charge précoce est indispensable pour éviter des conséquences graves sur la

santé, avec une perte selon l'OMS de 1 à 4 années de vie en bonne santé :

 

Avec un risque vital : homicide, suicide, accidents, addictions et négligences graves entraînant

des morts précoces

 

Avec des risques pour la santé mentale et physique (troubles psychiques spécifiques liés aux

violences, des troubles psychiques co-morbides, maladies liés au stress, addictions)

!

 

Elles représentent un enjeu majeur de santé public et un coût direct médical annuel estimé

par le CRESGE en 2006 pour les violences conjugales de près de 400 millions d'euros.

LES TROUBLES PSYCHIQUES SPÉCIFIQUES AUX

VIOLENCES ET LES TROUBLES CO-MORBIDES

!

 

Les troubles psychiques spécifiques liés au traumatisme :

 

Ils sont liés à des mécanismes de sauvegarde psychologiques et neurobiologiques exceptionnels

déclenchés lors du stress extrème et du risque vital que génère le traumatisme, ces mécanismes sont

responsables d' une déconnexion du circuit de réponse au stress entraînant

 

une mémoire traumatique, une

dissociation avec anesthésie affective et physique

!

 

Ils comportent :

 

Un état de stress aigu, état de détresse, avec ou sans une dissociation péritraumatique, troubles

psychotiques brefs

 

Un état de stress post traumatique (>1 mois), chronique (>6 mois), différé;

Avec la triade de symptôme de l'ESPT (État de Stress Post-Traumatique):

1)

 

syndrome de reviviscence de l'évènement traumatique, pensées, ruminations, souvenirs

intrusifs récurrents, rêves, flashbacks accompagnés d'angoisse et de détresse émotionnelle,

perte d'intérêt

2)

 

syndrome d'évitement phobique des situations pouvant rappeler l'évènement traumatogène,

émoussement du ressenti et de l'expression des émotions, désinvestissement des relations

interpersonnelles

3)

 

syndrome d'hyper-réactivité neuro végétative (hypervigilance, état d'alerte, sursauts, perte du

sentiment de sécurité, troubles du sommeil, irritabilité, colères explosives) vécus intensément

avec angoisse

 

Et des symptômes de dissociation importants (état de conscience altérée, troubles de la

mémoire, de la concentration, de l'attention, sentiments d'étangeté, d'être spectateur de sa vie,

dépersonnalisation, compagnon imaginaire)

 

Un état de stress post traumatique complexe associé à d'importants troubles

de la personnalité de type « border line »

 

 

très fréquent lors de violences répétées sur une

longue durée

DES TROUBLES COMORBIDES ET DES MALADIES

LIÉES AU STRESS

!

 

Mais souvent des troubles comorbides en première ligne qui rendent difficile le

diagnostic

 

-Troubles de l'humeur : présents dans 50% des ESPT, dépression, épisdes maniacodépressifs

 

- Troubles anxieux ( anxiété généralisée (15%), crises d'angoisse, attaque de panique

(8 à 12%) phobies, agoraphobie (16 à 22%), phobies sociale, troubles obsessionnels

compulsifs

 

-Troubles de la personnalité : personnalité limite (border-line), asociale

 

-Troubles du comportement auto agressif : tentatives de suicide (x10 en cas d'ESPT

par rapport à la population générale), automutilation

 

-Troubles addictifs : consommation de drogues, d'alcool, jeux

 

-Troubles des conduites : conduites à risques, fugues, conduites d'hypersexualité,

marginalisation, conduites violentes

 

-Troubles du comportement alimentaire : boulimie, anorexie

 

- Troubles du sommeil : narcolepsie (somnanbulisme, hallucinations narcoleptiques,

paralysies du sommeil, cataplexie, hypersomnolence diurne )

!

 

Des maladies liées aux stress : risques cardio-vasculaires, diabète, atteinte de

l'immunité, troubles dermatologiques, ORL, gastro-intestinaux, génito-urinaires,

endocriniens, musculo-squelettique, céphalée, asthénie....